Recherches sur Population et superficie gallo-romain Référence : 30879Recherches sur Population et superficie gallo-romainCités remontant à la période ga.. Product #: 30879 based on 0 reviews Regular price: $15.00 $15.00 En stock
Code produit: 30879
Disponibilité: En stock
Poids: 470.00g
Dimensions: 0.00mm x 160.00mm x 250.00mm

€15.00

Description

Référence : 30879

LOT Ferdinand - Recherches sur Population et superficie gallo-romain

Cités remontant à la période gallo-romaine - Première partie

1969, format : 160x250, 222 pages, sans ill. broché

Les progrès de la civilisation étant liés intimement' à la destinée des villes, il importerait au plus haut point à l’historien et à l’économiste de posséder des renseignements sur les dimensions des villes et le chiffre de la population urbaine à travers les âges.
PLAN DU TRAVAIL
Notre exposé se conformera à la liste de la Notifia Galliarum, rédigée dans les derniers jours de la période conventionnellement appelée « Antiquité ».
Pour la recherche.de la superficie nous ne remonterons pas plus haut que la seconde moitié du me siècle, époque à laquelle toutes les cités s’entourèrent d’une enceinte réduite.
En ce qui concerne la superficie des villes de Gaule sous le Haut-Empire il règne trop d'incertitude pour que nous en fassions état, sauf dans un petit nombre d’exceptions motivées. On a longtemps cru que toutes les cités avaient été fortifiées et dès le début de l’Empire romain et l’on a cherché avec passion à en retrouver les bornes. Passion malheureuse, car il est douteux que, en dehors des « colonies », les cités aient été entourés de remparts. Elles s’étendaient plus probablement sans obstacle, dans la campagne, présentant un aspect à demi rural, comme des sortes de cités-jardins. Si elles couvraient un espace beaucoup plus étendu que la ville fortifiée du Bas-Empire, il s’en faut que cet espace fût couvert d’une population dense. Il se pourrait, en conséquence, que l’antinomie qu’on imagine de la grande ville populeuse du Haut-Empire et de l’infime cité du Bas-Empire, sorte de fort d’arrêt ne renfermant qu’une poignée d’habitants, fût chimérique ou, tout au moins, exagérée.
A partir des XIe et XIIe siècles, parfois du xe siècle, la cité antique se développe. Pour mieux dire, très souvent une ville jumelle naît à côté d’elle, le Bourg. Quelquefois elle prend le nom du sanctuaire autour duquel il est né : Saint- Vaast à côté d’Arras, ou encore la ville nouvelle manifeste sa force par son nom : le Château (bâti autour de Saint- Martial) à côté de la Cité, à Limoges, Châteauneuf (bâti autour de Saint-Martin) à côté de la Cité à Tours, ...
Établir la superficie d’une ville au cours des siècles...
VIENNE, DIE, GENEVE, GRENOBLE, APS - VIVIERS, VALENCE, SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX, VAISON, ORANGE, ARLES, MARSEILLE, TOULON, CARPENTRAS...

Commentaires (0)

Il n'y a aucun avis sur ce produit.
Donnez votre avis
BadExcellent
Facebook commentaire

S'abonner aux NEWSLETTERS

Recevoir tous les quinze jours, notre liste de nouveaux TITRES d'ouvrages, d'affiches, gravures, manuscrits, photos... sur la Seine-et-Marne et autres thèmes divers, sous forme de fichier PDF, à consulter en détail, avec lien direct vers l'ouvrage sur le site 77livres.fr...
facebookgoogletwitter